COVID-19 : “Une situation départementale extrêmement inquiétante”

COVID-19 : “Une situation départementale extrêmement inquiétante”

« La situation départementale est extrêmement inquiétante », selon Guylaine Baghioni, déléguée départementale de l’ARS PACA. Lors d’un point presse organisé ce matin, la préfecture des Hautes-Alpes et l’Agence Régionale de Santé ont alarmé quant à l’évolution de la pandémie de COVID-19 dans le département, et ont appelé chacun au respect du confinement.

26 décès entre le début de l’épidémie et la mi-octobre, et 26 décès entre la mi-octobre et aujourd’hui : la situation dans les Hautes-Alpes s’aggrave et s’accélère. En terme de circulation du virus en particulier, le département, rapporté à sa population, figure parmi les plus actifs de France, et de PACA, juste derrière le Vaucluse et devant les Bouches-du-Rhône, avec 100 à 150 personnes positives détectées quotidiennement ces derniers jours. Ainsi, alors que les moyennes nationales et régionales sont de 20 % pour le taux de positivité, par rapport aux tests réalisés les 7 derniers jours, il est de 29 % dans les Hautes-Alpes. De même, le taux d’incidence départemental est de 618 personnes positives pour 100 000 habitants sur les 7 derniers jours, alors que la moyenne régionale est de 438, et la moyenne nationale de 450.

Des hôpitaux sous pression

Du point de vue des hospitalisations, les établissements de santé haut-alpins subissent « une pression énorme », selon les mots de Guylaine Baghioni, au point que 3 patients en réanimation ont dû être évacué vers les Bouches-du-Rhône la semaine dernière. Au 2 novembre, le taux d’occupation des 29 lits de réanimation était de 80 %, dont 18 patients atteints du COVID-19. D’ordinaire, les Hautes-Alpes ne comptent que 12 lits de réanimation. Au total, 123 personnes sont hospitalisées pour covid-19, c’est deux fois plus que le pic du printemps. Et c’est un record pour le groupement hospitalier des Alpes du Sud, qui travaille à l’ouverture d’une centaine de lits supplémentaires. Une déprogrammation totale des interventions non-urgentes a évidemment été effectuée.

Enfin, 35 clusters sont actifs à ce jours, dont 10 qui se sont déclarés en moins d’une semaine. La quasi totalité des établissements de santé, et la très grande majorité des établissements médico-sociaux qui accueillent des personnes âgées ou handicapées, sont touchées par des clusters.

C’est donc un tableau très noir que dresse l’ARS PACA à propos de la situation du département. Pour Guylaine Baghioni, la déléguée départementale, il faut que chaque Haut-Alpin prenne conscience de sa responsabilité individuelle dans la lutte contre la propagation du SARS-CoV-2.

L’ARS PACA lance donc un appel à l’aide à destination des professionnels de santé, pour venir en renfort des établissements de soins hauts-alpins. Plus d’informations sur renfortrh.solidarites-sante.gouv.fr

Enfin, la préfète, Martine Clavel, insiste également sur le fait qu’il est, je cite, « essentiel que nos concitoyens respectent les mesures de confinement qui ont été décrétées […]. Nous devons absolument réduire nos contacts sociaux, car ce sont eux qui facilitent la propagation du virus », fin de citation. Ces contraintes sont imposées pour la protection de la santé de chacun, explique la préfète, qui rappelle qu’aucun point du département n’est épargné par le COVID-19 actuellement.