Extinction de l’éclairage public à Baratier : quand “écologie” rime avec “économies”
Image par "cadop" de Pixabay

Extinction de l’éclairage public à Baratier : quand “écologie” rime avec “économies”

« Quand sobriété et écologie riment avec économies ». A partir du 22 septembre la commune de Baratier coupera son éclairage public une partie de la nuit. Plein-feux sur cette démarche aux avantages financiers et environnementaux.

Le 22 septembre à minuit, les lampadaires de Baratier prendront du repos. Après avoir équipé en LED ses lampadaires il y a deux ans, la commune va plus loin dans cette démarche de sobriété énergétique en coupant son éclairage une partie de la nuit dans tous les quartiers, exceptée la zone commerciale dont l’éclairage dépend de la communauté de communes.

La nouvelle équipe municipale y voit plusieurs intérêts. Tout d’abord, une réduction de la pollution lumineuse et de la nuisance qu’elle représente pour la biodiversité. Ensuite des économies considérables d’énergie avec un bénéfice environnemental, mais aussi financier. Olivier Faure Brac, conseiller municipal délégué aux énergies à Baratier, a bien étudié la question.

Une démarche à la portée de toutes les communes, d’autant plus que le Syep (Syndicat de l’Eclairage Public) de l’embrunais-savinois peut accompagner techniquement et administrativement les municipalités, comme cela a été le cas à Baratier. Une fois les investissements amortis, ce sont en moyenne 4000€ qui seront économisés par an, une somme conséquente pour une commune qui compte moins de 1000 habitants.

Concernant un éventuel lien entre « éclairage nocturne » et « sécurité », qui constitue parfois un frein pour les élus qui hésitent à engager la même démarche sur leur commune, l’équipe municipale a pris le soin de scruter les études et les initiatives préexistantes.

L’équipe municipale a opté pour des horaires de coupure différents selon les périodes de l’année pour impacter le moins possible l’activité touristique.

Pour plus de précisions écoutez l’entretien complet avec Olivier Faure Brac :