Illumination du pont de Savines : “Cri d’alarme pour une trame noire nationale”

Illumination du pont de Savines : “Cri d’alarme pour une trame noire nationale”

Le bras de fer se poursuit entre les associations de protection de l’environnement et le maire de Savines-Le-Lac Victor Berenguel, au sujet du projet d’illumination du pont de Savines-Le-Lac.

Plusieurs arguments sont pourtant avancés par Victor Berenguel, pour démontrer que des efforts sont réalisés dans la prise en compte des impacts environnementaux. La température de couleur de 3000K, éloignée du bleue, moins nocive pour la faune nocturne ; la faible intensité lumineuse, dont la densité surfacique sera limitée à 25 lumen/m² ; autant d’arguments qui ne convainquent pas les opposants au projet, témoigne Jean-Paul Coulomb, de la Ligue pour la Protection des Oiseaux.

Autre ligne de défense du maire de Savines-Le-Lac, l’illumination se fera sur des créneaux horaires réduits : de 19h à minuit en période hivernale, et de 21h à minuit en période estivale.

Mais même dans ces conditions, l’incidence n’est pas nulle selon Jean-Paul Coulomb.

Enfin, Victor Berenguel avance également le fait que d’autres ouvrages plus haut sur la Durance comportent des éclairages nocturnes qui constituent également des barrières lumineuses sur cette « trame noire » ou « couloir migratoire » que constituent la Durance et le lac de Serre-Ponçon. Voici la réponse de Jean-Paul Coulomb.

Enfin, les associations déplorent que les efforts et finances publiques soient déployés sur des projets qui ralentissent le cheminement d’une nécessaire transition écologique, qui doit être accomplie rapidement au vu de l’urgence climatique. 326509€ HT dépensés à l’illumination d’un pont, c’est un pas en arrière estime la Société Alpine de Protection de la Nature, la Ligue pour la Protection des Oiseaux, France Nature Environnement PACA, Energies Collectives, Agir pour la Biodiversité et Vesper’Alpes .

A travers un communiqué de presse, ces six organisations demandent à la préfecture des Hautes-Alpes d’annuler la permission de voirie et le financement qu’elle a accordés, et demandent à la commune de Savines-Le-Lac de renoncer à un projet « en contradiction totale avec la charte du Parc National des Ecrins dont elle est signataire ».

Cet article a 1 commentaire

Les commentaires sont fermés.