Immigration : la Ligue des Droits de l’Homme écrit un vade mecum pour rationaliser le débat

Immigration : la Ligue des Droits de l’Homme écrit un vade mecum pour rationaliser le débat

Hasard du calendrier. Alors que se déroule le 2 octobre le procès en appel du maraudeur haut-alpin Kévin, accusé « d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière sur le territoire français », les débats parlementaires sur l’immigration se tiendront la semaine du 7 octobre. A cette occasion, le président de la Ligue des Droits de l’Homme de Quimper, David Torondel, a fait parvenir un vade mecum aux 577 députés et 326 sénateurs français. Ce texte est co-signé par près de 70 associations et 450 personnalités engagées dans la défense des droits fondamentaux. Il vise à rationaliser un débat qu’il juge “passionnel”, au détriment de toute objectivité dans les chiffres avancés. David Torondel s’en explique.

Après la question du nombre d’entrées, vient celle de la qualité de l’accueil, et des réussites ou non de l’intégration. Là aussi, David Torondel estime que les discours ne reflètent pas la réalité.

Pourquoi rendre les débats passionnels ? Une “instrumentalisation politique” en vue d’aller chercher de nouveaux électeurs, selon David Torondel. Dans ce registre, le président français a récemment abordé le thème de l’immigration sous un angle qui a surpris, notamment avec cette phrase « en prétendant être humaniste, on est parfois trop laxiste ». Voici ce que cela inspire à David Torondel.

Paradoxalement, si David Torondel décrit un débat “passionnel”, il constate en revanche que les discussions et le vocabulaire employés ont tendance à occulter toute dimension humaine.

http://www.exils.org/vade-mecum/ 
Fermer le menu