RTE : le chantier THT se poursuit

RTE : le chantier THT se poursuit

Mardi 19 novembre, les responsables de RTE avaient invité la presse pour faire le point sur la reprise des travaux dans le cadre du chantier de rénovation du réseau électrique en Haute-Durance.

Tout d’abord un rappel sur ce qui a motivé la mise en route de ce chantier. Actuellement, la desserte électrique du nord des Hautes-Alpes est assurée par une ligne aérienne de 200 km en 150 000 volts, avec une ramifications jusqu’à Valloire en Savoie, et une autre au-delà du col du Lautaret. Cette installation datant des années 1930 a été jugée obsolète et insuffisante pour assurer la sécurité électrique de la Haute-Durance.

RTE a donc engagé un chantier de rénovation et de remplacement en deux volets :

  • d’une part 100 km de lignes souterraines en 63 000 volts
  • d’autre part 100 km de lignes aériennes en 225 000 volts, dont 55 km entre Serre-Ponçon et l’Argentière et 35 km entre La Rochette et Embrun. Sur la portion Chorges-Embrun, c’est donc une double ligne THT (Très Haute Tension) qui est programmée.

Ce projet RTE a suscité une forte opposition citoyenne, portée notamment par l’association Avenir Haute Durance et le collectif No THT. Les actions en justice ont été menées par ces opposants ont entraîné un arrêt des travaux pendant près d’un an, entre août 2018 et juillet 2019, date à laquelle les travaux ont pu reprendre.

Jean-Philippe Bonnet, délégué régional Méditerranée chez RTE, fait le point.

Sérénité donc pour l’approvisionnement électrique hivernal du nord du département, particulièrement sollicité avec la fréquentation des stations.

Relative sérénité également au plan juridique, même si l’horizon n’est pas totalement dégagé, car un recours sur le fond est toujours en cours.

Mais quelque soit l’issue judiciaire finale, aujourd’hui 95 % des nouveaux pylônes sont installés, et la phase de dépose des anciens est bien amorcée, comme l’explique Jean-Philippe Bonnet.

Exactement 690 anciens pylônes seront retirés, pour 350 nouveaux installés. Il y aura donc au final moins de pylônes dans le paysage, même si les nouveaux sont plus imposants, car configurés pour la THT et pour résister aux conditions climatiques de montagne.

Outre cet aspect paysager, RTE insiste sur les questions environnementales qui ont motivé les actions en justice des opposants. Sur ce aspect, l’aménageur est engagé dans un programme de compensation, dont Jean-Philippe Bonnet évoque quelques aspects.

Au total, 2 millions d’euros (soit 0,9% du budget total du chantier) sont consacrés à ces compensations environnementales, dont 500 000 euros sont alloués à l’étude des rapaces.

La mise en œuvre de ces compensations est suivie de près par un comité de pilotage réunissant RTE, les services de l’État et les experts des différentes structures partenaires. Un point précis sur ce sujet est programmé en décembre par les acteurs concernés.

EN SAVOIR PLUS :
L’article de la RAM “Haute-Durance, ligne THT : Reprise des travaux
RTE Haute-Durance
Avenir Haute-Durance
NO THT 05