Haute-Durance : les travaux de la ligne THT sur le point de reprendre

Haute-Durance : les travaux de la ligne THT sur le point de reprendre

THT, AHD, RTE, autant d’acronymes qui n’ont plus de secret pour les Haut Alpins, tant les citoyens se sont sentis concernés par la question de la fameuse ligne Très Haute Tension.

Pour rappel, le 8 août 2018 le tribunal de Marseille cassait l’arrêté préfectoral qui donnait à RTE une dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées pour poursuivre les travaux de la ligne THT dans les Hautes-Alpes. RTE et le ministère de l’écologie font alors appel de ce jugement et les travaux sont interrompus. Fin juin 2019, suite à une réunion du comité de suivi des travaux, un nouvel arrêté préfectoral est publié. Ce nouvel arrêté, selon la préfecture, accorde une plus grande importance aux contraintes environnementales. Mais Yann Boislève, président de l’association Avenir Haute Durance, voit dans ce deuxième arrêté est simplement un moyen d’accélérer la reprise du chantier, et estime qu’il est une copie conforme du premier arrêté.

Sur ce point, nous avons également interrogé Jean Philippe Bonnet, représentant de l’entreprise RTE.

Nous avons sollicité la préfecture sur ce point, qui nous a indiqué je cite que « La rédaction du nouvel arrêté, revue par rapport à l’arrêté initial, tient compte du jugement du tribunal administratif. »

Quoi qu’il en soit les travaux de la ligne THT semblent être en bonne voie pour reprendre, selon Jean Philippe Bonnet, de RTE.

D’autre part, la préfecture nous a informés je cite qu’ « Alors que le chantier était à l’arrêt suite à la décision du tribunal administratif, RTE va reprendre progressivement les travaux dont, en premier lieu, tous ceux qui n’ont pas d’impacts sur les espèces protégées afin d’attendre la fin des procédures judiciaires en cours. ». Une mention qui ne satisfait qu’à moitié Avenir Haute Durance.

Autre point de tension entre les opposants et RTE, le chantier THT donne lieu à des compensations financières et des Plans d’Accompagnements de Projets. Des aides qui ont permis le lancement de projets comme celui de la médiathèque de Chorges par exemple, ou encore de sa future zone sportive. Or depuis l’arrêt des travaux, les versements liés à ces accompagnements de projets ont été interrompus, ce qui met certaines communes en difficulté, étant donné que les budgets 2019 incluaient ces versements dans les recettes. Pour Yann Boislève, que ce soit intentionnel ou non, l’arrêt de ces versements incite les élus à abonder dans le sens d’une reprise rapide des travaux sur la ligne THT.

Illustration avec la commune de Chorges, qui est une des communes les plus concernées par mesures compensatoires apportées par RTE. On écoute Christian Durand, maire de Chorges.

Si comme le précise RTE, 90 % des pylônes sont effectivement installés, pourquoi les mesures qui visent à compenser la gêne occasionnée seraient stoppées ? Pour Jean Philippe Bonnet, représentant de RTE, c’est que les versements sont conditionnés par l’installation des lignes aériennes et non des pylônes.

Au stade actuel, est-ce toujours une bonne idée de stopper les travaux ? Pour Christian Durand, maintenant que 90 % des pylônes sont en place, il faut en finir avec ce chantier.

La reprise des travaux semble imminente, ce qui devrait soulager les communes dont les budgets étaient mis en danger par l’arrêt des versements. Il faut rappeler que les maires des communes concernées par les Plans d’Accompagnements de Projets, font partie du comité stratégique qui suit le chantier. Un comité qui rassemble également les services de l’État, l’entreprise RTE, les parlementaires, le Conseil Départemental.

Pour conclure, les résultats attendus, quels sont-ils ? Au lancement du projet, RTE prévoyait une croissance de 50 % de la consommation d’électricité entre 2008 et 2025, 100 % en 2050. Aujourd’hui RTE revoit sa copie et invoque les pics de consommation d’énergie hivernaux comme argument principal. Argument balayé d’un revers de manche par l’association Avenir Haute Durance.

D’autre part, l’outil de Pilotage de la Politique Energétique créé par la loi de transition énergétique pour la croissance verte, prévoit une Programmation Pluriannuelle de l’Energie pour 2025. Elle comporte deux objectifs principaux :

– réduire la consommation d’énergie en renforçant l’efficacité énergétique et en développant la sobriété

– et doubler les capacités installées en termes d’énergie renouvelable électrique d’ici 2028.

Il y a à peine trois mois, la publication du rapport de l’IPBES alertait sur le fait que nous entrions dans la sixième extinction de masse. Quelques semaines plus tard, le gouvernement annonçait un « projet de décret visant à simplifier les procédures d’autorisation environnementale », selon Mediapart, ce décret retirerait 80 % des dossiers au CNPN, Conseil National pour la Protection de la Nature, qui émet un avis sur les projets menaçant des espèces protégées. A cela s’ajoute ce nouvel arrêté qui autorise la destruction d’espèces protégés pour donner naissance à un projet doit permettre une augmentation de notre consommation d’énergie. Cela en dit long sur le chemin qu’il reste à parcourir pour désamorcer la sixième extinction de masse.

https://reporterre.net/Dans-les-Hautes-Alpes-le-chantier-de-la-ligne-a-tres-haute-tension-saccage-l 
http://www.hautes-alpes.gouv.fr/IMG/pdf/2019.07.05_comite_rte.pdf
https://avenirhautedurance.com/

Retrouvez également les témoignages de Nathalie Barra et Patrick Baronna, représentants de l’association Avenir Haute Durance dans notre émission Parole Donnée du 22 mars 2014 :

 https://www.ram05.fr/wordpress/parole-donnee-a-196/ 
Fermer le menu